Les artistes 2015-2016

Claire Payement
Mes recherches artistiques s’attachent plus particulièrement à la perception et à l’expérience par le biais de compositions sonores donnant à réfléchir le monde contemporain. J’exploite des échantillons sonores issus de l’organique et de notre quotidien qui se présentent sous différentes formes (composition, performance musicale live et arts sonores). Partant de mes propres expériences, de mes voyages et rencontres, je questionne l’individu et tente de susciter des réflexions sur ce qui nous compose et nous entoure.Pour aller plus loin…https://clairepayement.wordpress.com/author/clairepayement/

 

Carine Musel

Pour elle être paysagiste c’est comprendre par l’étude ou par des expériences partagées un territoire et ses évolutions dans le temps dus aux usages et pratiques de ses habitants ; tout en révélant les liens qui lient les hommes avec leur territoire de vie et/ou de travail. Être paysagiste c’est rendre compte des potentiels et des enjeux territoriaux, se questionner pour faire projet tout en s’affranchissant des limites ; afin de s’autoriser à réfléchir librement.

Pour aller plus loin… http://lateliervolant.fr

 

Alexios Tjoyas

« Je suis dessinateur. Je crée des images, des récits, des signes, des inscriptions. Mes images se racontent. Ce sont elles qui nous regardent. Ne vous laissez pas intimider, approchez-vous ! Ces images sont comme des poupées russes. Ce que je propose, c’est de faire en sorte que l’on puisse les lire plusieurs fois. A chaque fois, ce serait différent de les regarder et de se laisser voir. »

 

Découvrez son travail sur le site : http://alexios-tjoyas-fructuosus.tumblr.com

Al

Céline Ahond

Céline Ahond mène un travail de performeuse depuis 2003. Initialement ses prises de parole se font à partir de ses montages d’images et s’organisent sous forme de diaporamas projetés. En 2007 elle s’extrait des lieux de projection, monte sur un speaker corner orange et ouvre un territoire pour poursuivre l’invention d’un langage. Pas de texte écrit ici mais une trame précise et répétée dans laquelle la parole libre répond à la nécessité de l’adresse. La parole liée aux images constitue ainsi la seule «écriture» de ses performances. En 2010, elle abandonne les images imprimées pour construire un parcours où le paysage de chaque étape devient l’image à traverser avec le public. En 2011, elle introduit le médium vidéo dans l’élaboration même de la performance, questionnant la représentation de l’image dans son rapport à la réalité.

http://celineahond.com/

Invitation_2

crédit : Paolo Codé 

 

Publicités